LES CITES ANTIQUES ET MEDIEVALES DE DALMATIE

Une dizaine de jours d’AUTOTOUR en Croatie sur mesure

séjours organisés d’avril à novembre

DEVIS SUR DEMANDE

sur une base de deux/quatre/six/huit personnes

PROGRAMME DU SEJOUR

     
JOUR 1: ARRIVEE CROATIE
Départ de France / Belgique / Suisse / Luxembourg /… dans la journée sur un vol à destination de Split – transfert de l'aéroport à l'hôtel JADRAN***, Seget Donji en voiture louée vers Trogir (5 km) – temps libre - dîner DP dans le restaurant de l'hôtel, nuitée.
 
     
JOUR 2: ŠIBENIK ET SCARDONA
Après le petit déjeuner en route pour une excursion en voiture avec visite de sites historiques et culturels de la ville de ŠIBENIK* et du village SKRADIN** au bord de la RIVIÈRE DE KRKA***, à 16 kilomètres de Sibenik, existant depuis l’ère illyrienne (le premier monuments date de 339. Av. J.-C.) – déjeuner (repas libre nous vous recommandons le restaurant Zlatna Školjka, Skradin) ensuite découverte du Parc national de Krka (en bateau et à pieds) - temps libre – dîner au restaurant DP de l'hôtel Jadran, Seget Donji, nuitée.
* ŠIBENIK est remarquable parmi toutes les villes croates de la côte Adriatique par sa situation unique et sa position dans une baie pittoresque où se jette la rivière Krka. Créé au début comme un castrum sorte de fortification ou  campus, situé dessous la Forteresse de St. Michel qui domine la ville, a été mentionnée pour la première fois en 1066 dans un document publié par le plus important des souverains croates - le roi Petar Kresimir lV.  Šibenik a obtenu son statut de cité en 1298, quand le Diocèse a été établi. Un regard sur l’architecture de Šibenik révèle l'harmonie unique de poésie urbaine et de son milieu naturel, avec son port relié à la haute mer par le detroit de St. Antoine, qui dans le passé a représenté un important développement de la navigation à voile dans les transactions commerciales pour la prospérité économique de la ville.

** LES CHUTES DE KRKA – Au milieu du karst sec de Dalmatinska Zagora, la rivière Krka en direction de la mer a provoqué singulièrement des phénomènes naturels, avec des jaillissements d’eau au pied de la montagne Dinara dans le secteur oriental de la ville de Knin. De son courant initial elle se transforme en lac rivière pour aller se jeter dans la mer près de Sibenik après un parcours de 72 kilomètres, qui en raison de sa valeur naturelle, scientifique et culturelle, a été déterminant dans son classement en site protégé et par son statut de parc national de la rivière Krka en 1985.

 

En savoir plus

* ŠIBENIK - À l'entrée du détroit, l’édifice de St Nicolas une imposante forteresse de la Renaissance est considérée comme la plus importante de la côte orientale de l'Adriatique. La ville comporte d’autres fortifications telle que: St. Michel, St Jean et Subicevac, mais quand à elle la forteresse de St. Nicholas était à une certaine époque inexpugnable et représentait un symbole d'invincibilité pendant de longs siècles.

La cathédrale de Šibenik St. Jacques, dont la construction s'est déroulée pendant plus d'un siècle, est un temoignage de volonté, de sacrifice et de croyance de plusieurs générations d'habitants de la ville. Pour beaucoup de gens c'est un monument unique et sacré de par son histoire et non seulement dans celle de l'architecture croate et européenne, il est entièrement construit en pierre, aucun autre matériau n’étant employé, il est unique par sa structure de blocs en pierre composé de nervures, et est parmi les églises de Renaissance comme unique par son front de façade trifoliée, en harmonie avec son architecture et ses 71 portraits taillés autour des absides.

Les documents préservés par le temps attestent de la contribution à sa construction de toute la communauté, mais aussi d'un grand nombre de tailleurs de pierre du pays, ainsi que d’autres batisseurs et artisans. Le plus éminent parmi ceux-ci etait Juraj Matejev Dalmitinac, venu de Zadar en 1441 et à qui la ville de Šibenik a donné tous pouvoirs pour reprendre le travail du proto-maître de la cathédrale.

La cathédrale et l'hôtel de ville de la période Renaissance, autres églises, et palais du Prince devenu Musée du Comitat d’aujourd’hui, sont certainement les plus beaux héritages de l'urbanisme croate de ces époques. Dans les périodes du 5ème et 16ème siècles Sibenik était un des centres les plus importants de l'humanisme et de la renaissance en Croatie.

C’est à partir de là qu'oeuvrèrent les ecrivains comme: Juraj Sisgoric, Antun et Faust Vrancic, Petar Divnic et lvan Polikarp Severitan, les compositeurs lvan Sibencanin, Julije Skjavetic et Ivan Lukacic, l’historien Dinko Zavorovic, les peintres Nikola Vladanov et Juraj Culinovic, les graveurs Martin Kolunic-Rota, Horacije Fortezza et Natal Bonifacij, ainsi que beaucoup de sculpteurs et constructeurs du cercle de Juraj Matejev Dalmatinac.

Le scientifique visionnaire lexicographe et narrateur, philosophe et théologien Faust Vrancic, est la figure la mieux connue de la renaissance croate, et aussi comme l'auteur du premier dictionnaire croate. Dans son cahier d’invention figure la Machine novae, parmi beaucoup de ses idées le dessin d'homo volans, l'homme volant, était le premier spécimen imprimé d'un parachute dans l'histoire. L'église du 14ème siècle monastère de st. François, est le premier lieu saint national croate de St. Nikola Tavelic, a été un centre ecclésiastique et culturel important pendant plusieurs siècles.

Dans la bibliograhique du monastère il y a plus de 150 incunabulas et autant de manuscrits, de codex d'une grande valeur, y compris la Sibenska molitva (prière), le premier texte de poésie croate écrit en caractères latins. Dans l'église, il y a un orgues en très bonne état, construit par le maître-designer croate bien connu du 18ème siècle Petar Nakic, préservé dans sa forme originale.

La vie culturelle de Šibenik se manifeste aussi par un Festival international et traditionnel d'enfants.

** SKRADIN, le nom slave du village issu de toponyme “Scardona” soumis à la regne des Romains, dans lequel un diocèse a été fondée en l’an 530.  Au cours des siècles Skradin a été la cible de tribus et de nations diverses surtout en raison de sa position géostratégique, car au 7e siècle avec l'arrivée de tribu slave Scardona a été complètement détruite.

La ville est reconstruite par les Croates au 10ème siècle (avec pour nom Skradin aujourd'hui) devenue aussi Evêché et historiquement siège des ducs de Bribir et Subic. En 1522. Skradin est vaincue par les Turcs et occupée jusqu'en 1684, ensuite reprise par Venise et administrée jusqu'en 1797, puis ensuite occupée par l'Autriche et la France. Sur la plus grande place du centre-ville se trouve l'église de Mala Gospa du 18ème siècle et dans la vieille ville il y a l'église orthodoxe de st. Spiridon du 19ème siècle, ainsi que les églises de st. Jeronim et st. Vendredi. Les anciens habitants de Skradin ont surtout marqué leur existance professionnelle dans les domaines de la production d’olives et des produits de la vigne.

En raison de son eau saumatre la réserve aquatique de Skradin abonde en poisson, ce qui a motivé ses habitants à développer le secteur de la pêche, et aujourd’hui encore les citoyens de Skradin sont très attachés à leur tradition, en vivant de l’agriculture et en profitant au maximum des ressources naturelles.

Le tourisme est aussi une tradition de Skradin, car presqu’aucun touriste se trouvant dans ce secteur ne se refuserait à visiter Skradin et la rivière Krka, et aucun navigateur ne peut résiter à mouiller son bateau à Skradin. La rue principale de la cité est à la croisée d'une multitude de rues mystérieuses et trop étroite pour accueillir tous les visiteurs, qui peuvent comparer les diverses offres gastronomiques des restaurants très riches en saveurs du pays.

Le long de LA RIVIÈRE KRKA ont relève d'inombrables traces de civilisations antiques, voire de l'ère paléolithique, et des recherches archéologiques ont amené à la mise à jour de céramiques, d'ossements et couteaux de silex. Juste au bord de la rivière près des chutes d'eau Skradinki buk, une structure antique d’alimentation en eau de Scardona a été trouvée, et dans ce secteur on trouve des restes de plusieurs vieilles forteresses croates du 14ème siècle.

Parmi les monuments sacrés, la palme revient à l'île de Visovac, un vrai bijou de la nature situé au milieu du lac Visovac formé par la rivière.

Un monastère franciscan mentionné pour la première fois l'année 1400 apporte la preuve des siècles passées avec comme autre monument sacré le monastère orthodoxe de 1402, avec son fond bibiliothécaire de livres anciens, des icônes, des scripts et des vêtements lithurgiques d'église.

La rivière Krka comporte sept chutes d'eau magnifiques, dont la plus célèbre est Skradinski buk avec une hauteur totale de 45,7 mètres. La seconde chute d'eau la plus célèbre est Roski slap, 25,5 mètres de hauteur et les bords de la rivière abondent de verdure (200 espèce de plantes aromatiques méditerranéennes et subméditerranéennes), attirant des dizaines de milliers de visiteurs chaque année.

     
JOUR 3: HVAR
Petit déjeuner et ensuite le déplacement en voiture au port de Split pour partir en ligne ferry a la découverte pour une journée de L'ÎLE DE HVAR – déjeuner avec barbecue au bord du bateau – temps libre, puis le retour à l'hôtel Jadran, Seget Donji en fin de journée pour dîner DP le soir à son restaurant.
 
     
JOUR 4: OMIŠ
Petit déjeuner et ensuite le déplacement en voiture en direction de la ville d’Omiš: parcours récréatif matinal d'une quarantaine de minutes en barque sur la Rivière de Cetina – déjeuner réservé au restaurant traditionnel Radmanove mlinice – temps libre - l'après-midi consacré à la visite de la citadelle d'Omiš – dans la soirée le retour à l’hôtel Jadran, Seget Donji pour dîner DP dans son restaurant et nuitée.
 
     
JOUR 5: TROGIR
Après le petit déjeuner et une pose-café visite des monuments historiques et culturels de ville de TROGIR* – déjeuner au restaurant Alka – l'après midi temps libre - le soir dîner DP au restaurant de l'hotel Jadran, Seget Donji et nuitée.
* TROGIR a été créé par les Grecs au IV-III siècle av. J.-Ch. A l’époque de la découverte de la méditerranée et de leurs diverses conquêtes, alors que c’est au premier siècle Av.J.Ch, que cette colonie est devenue une cité romaine "TRAGURIUM CIVIUM ROMANORUM" rejoingnant à Salona, le centre de la province romaine de Dalmatia.
 

En savoir plus

* A la chute de l'Empire romain au cinquième siècle, TROGIR devient indépendante, et au sixième siècle, les Croates s’y installent en créant des bâtisses et monuments qui sacralise l'art. Dès le début du Moyen âge la vieille ville grecque de Tragurion a sentie le feu de la nouvelle culture médiévale, les constructeurs et maçons ont continué à batir des églises avec des décors d'ornements entrelacés.

Au dixième siècle les citoyens de Trogir reprenaient possession la ville d’oppidum (fortification romaine), et dans la lutte contre les Vénitiens les rois de Hongrie ont obtenu Trogir à leur tour en échange de promesses faites à ses habitants en contre-partie d'une garantie d'Indépendance. Les citoyens de Trogir pouvaient alors librement élire leurs représentants au sein des responsables de la ville, et déjà a l’onzième siècle la petite communauté réfugiée sur l'îlôt fortifié, avait son propre Évêque qui était aussi le suffragant de l'Évêque de Split.

Au début du 13ème siècle, la ville se remet des attaques Vénitiennes car au cours du 12ème siècle la Hongrie voulait avoir l’hégémonie le long de la côte dalmate. Les citoyens de Trogir sous le Recteur Ilija de la famille Kacic, avaient pendant cette période construit une nouvelle cathédrale, et quarante ans plus tard maître Radovan taillait le portail de l'entrée principale en pierre de Seget.

La prospective de Trogir a été brutalement interrompue en 1420 quand la ville est passée sous contrôle vénitien, et fut horriblement dévastée après une longue lutte. Cette occupation dura pendant presque quatre siècles jusqu'en 1797. Pendant ce temps, Trogir était reconstruite avec de nouveaux palais, maisons, tours et forteresses qui ont été érigées. Après une courte période d'indépendance, Trogir est tombée sous la domination de Napoléon Bonaparte qui a mis en place des réformes signifatives sur le plan sanitaire de la ville, ainsi que de la modernisation de son économie. Après 1848 le processus de démocratisation a commencé, et à partir de 1877 les Croates ont repris la gestion de leur ville. Les autrichiens ont vaincu la ville une nouvelle fois (1814–1914) alors que les citoyens avaient subi des humiliations, des épidémies et la faim. Après la Première guerre mondiale, Trogir comme la Croatie d’ailleurs est devenu une partie de l'Etat des Slovènes du Sud.

L'amélioration réelle a commencé à partir des années 1970 quand l'industrie de la construction navale et le tourisme employaient plus de 50 % des habitants de Trogir. Le nouveau développement a été interrompu lors des événements en Croatie à partir de 1991, et Trogir comme le reste de la Croatie a vu son économie subir les conséquences sérieuses d'une situation de guerre. Un processus d'intégration est en cours auprès de la Communauté européenne, afin de faire reconnaître Trogir comme patrimoine mondial de l’'UNESCO et comme ville historique et culturel en 1997.

     
JOUR 6: SITE ARCHEOLOGIQUE DE SALONA ET FORTERESSE DE KLIS
Après le petit déjeuner, escapade pour une journée en voiture à destination du village SOLIN (Salona*) les restes de la porte ancienne romaine oú l´on visite les vestiges des temples, les bains romains, les amphithéâtres, les églises et les remparts,  et ensuite de la FORTERESSE DE KLIS**, qui domine la vallée et la ville de Split – dans la soirée le retour à l'hôtel  Jadran, Trogir pour prendre le dîner DP dans son restaurant, nuitée.
 

En savoir plus

*RESTES DE LA VILLE ANTIQUE DE SALONA – D’abord modeste port d'une tribu locale illyrienne, puis colonie grecque, Salone prend de l’importance en -48 lorsque Jules César y installe des vétérans romains démobilisés et en fait la colonie romaine de Colonia Martia Julia Salona. L'empereur Julius Nepos fut assassiné à proximité de la ville en 480, et la ville devient alors la capitale de la province de Dalmatie et reste une cité importante jusqu’à sa dévastation par les Avars et les Slaves en 630(elle s'étendait sur 1 600 mètres d’est en ouest et sur 700 mètres du nord au sud, atteignant 60 000 habitants à son développement maximum).

Le centre-ville avait une forme trapézoïdale, a été fermé par des murs de la ville et a été fortifié par des tours. Dans ce fut un complexe de basiliques de la ville, et une cathédrale monumentale avec un baptistère et thermes ont été construits plus tard. Encore aujourd'hui, le péristyle de thermes est reconnaissable comme un endroit où un bain avec des fours et des vestiaires ainsi que les anciennes installations chrétiennes, reliés à des basiliques avec les activités de Saint-Dujam était situé. A la partie sud se trouvent les vestiges du forum, le temple et le théâtre du 1er siècle  (or, le site archéologique de Solin présente d’importants vestiges des derniers siècles de l’Empire romain: remparts renforcés au Bas-Empire, avec la porte de César, Amphithéâtre antique de Salone de 15 000 places environ, vestiges des thermes romains, vestiges de basilique chrétienne et nécropole, et à proximité, de Dioclétien, encore opérationnel.

** Depuis déjà deux millénaires, clé de la Dalmatie et véritable autel de la patrie, la ORTERESSE DE KLIS est l’une des plus grandes et des plus importantes sur le territoire croate. Comme un témoin muet de l’histoire tumultueuse croate, symbole de la lutte contre les Turcs, il est le lieu idéal pour un cours d’histoire et de géographie en plein air. Les Vénitiens ont régné sur la forteresse de Klis jusqu’en 1537, alors que les Turcs s’emparèrent de la forteresse. Mais, l’Empire ottoman s’est arrêté ici. Il n’a jamais été plus au Il n’a jamais été plus au sud.

     
JOUR 7: ZADAR
Excursion en voiture avec visite de sites historques et culturels de la ville de ZADAR* – temps libre – sur la route de retour déjeuner au gîte rural Jurlinovi dvori, dans les alentours du village de Primošten – temps libre, puis retour en fin de journée à l’hôtel Jadran, Seget Donji pour dîner à son restaurant, nuitée.
* ZADAR est une ville historique de Croatie de 3000 ans d'existence d'un passé prestigieux: c'est aussi le centre culturel, économique et administratif de la Dalmatie septentrionale et en même temps un important carrefour routier qui relie le Nord et le Sud de la Croatie. Cette cité séduit par sa beauté naturelle et l'accueil chaleureux de ses habitants, car nombreux sont les visiteurs et les artistes qui la comparent à Venise et à Dubrovnik. Elle possède une richesse importante de monuments archéologiques, artistiques et culturels de l'époque antique, du moyen âge et de la Renaissance et représente une source inépuisable de l'histoire du patrimoine croate.
 

 

En savoir plus

C'est l'agglomération actuelle qui s'est développée autour du forum romain; à l'intérieur des remparts très bien conservés jusqu'à nos jours avec de monuments sacrés paIéocrates, d'archives, de musées, et de bibliothèques. Elle est le garant d'un important patrimoine littéraire et musical et l'on trouve la plus ancienne université croate (1396) comprenant actuellement 19 départements.

Le premier journal en langue croate est paru dans cette ville, et c'est pour celà qu'il existe d'inombrables institutions liées à la culture où il se déroule divers événements comme l'Exposition permanente d‘art sacré (SICU). Il existe de nombreuses salles d’expositions, d’un Théâtre des guignols, et l'on peut assister aux soirées musicales de Saint Donat. Elle est réputée pour son animation touristique avec de nombreuses manifestations sportives (Zadar étant la capitale du basket-ball) et aussi musicales pendant la saison estivale (avec de nombreux festivals) sous la protection de quatre saints: St Zoïle, St Siméon, St Chrisogone et Ste Anastasie.

La ville a une longue tradition touristique, car déjà en 1899 a été fondé une société de tourisme - Liburnia. Son attrait touristique repose sur un mariage heureux entre la culture et l'histoire, ainsi que sur de multiples possibilités de détente: les touristes ont le choix entre le tourisme nautique, l'organisation de congrès, le tourisme religieux. Les marinas, les hôtels, la location d'appartements ou de villas dans de petites localités, la fréquentation de petits restaurants ou règne une atmosphère intime sont une invitation à la découverte.

Il est difficile de résister aux baignades en mer, aux promenades sur le littoral ou dans l'arrière pays avec des excursions dans une nature préservée et intacte, aux activités sportives ou autres distractions, que nous vous invitons à découvrir!

     
JOUR 8: SPLIT
Visite des monuments historiques et culturels de ville de SPLIT*déjeuner libre (nous vous suggérons le restaurant Le Monde) – l'après midi temps libre - le soir dîner DP au restaurant de l'hotel Jadran, Trogir, nuitée.
* SPLIT est une ville calme reposante, vous vous en rendrez compte, car le sentiment qui persiste est celui qui vous semble que chaque jour est un jour de congé, ce qui fait que les places, les restaurants et les terrasses des cafés sont pleines de touristes et d’autochtones. Une promenade inévitable est la visite du Palais Dioclétien balayé en été par le Mistral doux et rafraîchissant, tandis qu'en hiver le soleil de la Méditerranée protège du froid comme un manteau d'hiver le chaland qui passe. C’est le déjà-vu des villes dans lesquelles les siècles se heurtent, déjà mille sept cents ans que l’Empereur romain Dioclétian, le fils du Dieu Jupiter avait construit le premier palais d'été à Split et nulle part ailleurs. Dans la matinée consacrée à des visites culturelles, n'eviter surtout pas de visiter le Musée archéologique de Split, le plus ancien musée du sud-est de l’Europe datant de 1820 avec de magnifiques sarcophages romains et de nombreux objets provenant des fouilles du site de l’ancienne ville romaine de Salona. Bien qu’il présente des objets se rapportant aux Illyriens, aux Grecs et aux Romains, ainsi que divers artefacts provenant du Moyen-Âge, le musée se consacre en grande partie à Salona.
 

En savoir plus

Or, c'était en 293 ap J.-C. - il y a donc 1716 ans que l'empereur romain Gaius Valerius Aurelius Diocletianus a commencé la construction de son palais dans la baie d'Asphalatos sur la côte de Dalmatia terre de sa naissance. Après son abdication en 305, l'empereur s'est retiré et a quitté Nicomedia pour s'installer dans son palais avec l'intention d’y passer le reste de sa vie. Ce palais rectangulaire occupe une surface d'environ 28 900 mètres carrés, et après la mort de Dioclétian le palais est resté la possession de la famille impériale. La transformation du palais en cité est entamée au septième siècle, quand les habitants de Salona ville voisine s'y sont réfugiés lors de l'invasion des Avars et des Slaves.

Au dixième et onzième siècle Split est passé sous l'autorité des rois croates, et au douzième siècle comme d'autres villes de Dalmatie la ville est devenue une commune libre sous protection de la couronne des rois Hungaro-croates. Au début du quinzième siècle la commune libre médiévale a été remplacée par une administration Vénitienne, établissant son pouvoir jusqu'à la fin du dix-huitième siècle, et au dix-neuvième siècle après une courte période des autorité françaises, la ville est tombée sous l'emprise de l'empire austro-hongrois.

Après la Première guerre mondiale Split est devenu un centre culturel, administratif et économique, qui au fur et à mesure de son importance a provoquée grace à l'expansion de la ville une considérable démographie pour l’époque. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, la ville a subie de fréquentes attaques aériennes, et après celle-ci a débuté un important développement très dynamique pour la ville de Split.

Split est située dans la partie centrale de la côte Adriatique orientale, bordée par l'embouchure de la petite rivière Zrnovnica dans le sud-est, et par la rivière Jadro au nord. Cette magnifique agglomération vous offre les charmes de la forêt de pins «Marjan» dans la partie occidentale de la péninsule, et le murmure de la mer aux sons assourdis de la chanson a capella de Dalmatie résonnent dans les rues pavées de pierres de la cité.

Ce que Split a comme principale caractéristique, c’est un climat très favorable avec un ciel d'azur avec environ 2700 heures d'ensoleillement par an. Avec une offre culturelle d’une ville qui fête ses 1715 ans sur 30 000 mètres carrés de superficie dans le palais Dioclétian, c’est un lieu où se rendront de nombreux visiteurs pour comprendre l'histoire d'une époque oubliée.

     
JOUR 9 : MAKARSKA
Après le petit déjeuner le départ pour une matinée en direction de la ville de MAKARSKA avec visite de la ville et du fameux Musée malacologique (collections de coquillages) – déjeuner (repas libre, nous vous suggérons le restaurant Porto) - après-midi temps libre - le soir dîner de gala à l'auberge-belvèdère panoranique KONOBA TOPIC située sur les versants du Mont Biokovo aux alentours de Baska Voda. 
     

JOUR 10 : FIN SEJOUR / DEPART
Après le petit déjeuner, détente et temps libre pour faire une pause-café à la ville de TROGIR  et selon les horaires de vol le transfert à l'aéroprot de Split, restitution de la voiture de location – vol de retour à destination de France / Belgique / Suisse / Luxembourg /…..

LE PRIX COMPREND:

La location d’un véhicule pour 10 jours
L’hébergement pour 9 nuitées en pensions ou hôtels de charme en chambres doubles et triples avec petit déjeuner:

1 nuitée à l’hôtel Jagerhorn**** à Zagreb 
1 nuitée à la Familie Krizmanic house*** à Rastovača, Lacs de Plitvice
2 nuitées chez l’habitant Villa Julian**** à Zadar
1 nuitée à l’pension appartements Tisno**** à Obrovac
1 nuitée à l’agritourisme Kalpić*** à Konjevrate
1 nuitée chez l’habitant à Pansion Lučica*** a Pučišća, Ile de Brač
2 nuitées à la Boutique hotel Villa Dvor*** à Omiš 

Visite de Parc National de Plitvice; de Park National de Krka 
Excursions bateau + déjeuner  Archipel des Kornati, Safari Canoe River de Zrmanja 
Déjeuner – Radmanove mlinice table réservée
Ferry transfert Split-Supetar; Sumartin-Makarska

Un dossier de route comprenant un itinéraire détaillé,un dossier contenant une présentation des sites touristiques à visiter et diverses données pratiques sur le pays

Une assistance 24h/24 de l’agence en langue française

Les frais d’assistance, d’assurance et d’organisation de l’agence

LE PRIX NE COMPREND PAS:

Assurance de responsabilité civile et rapatriement
Siège pour enfants
GPS (50€)
L’essence
Les péages et parkings
Les entrées aux monuments ( musees, eglises) évoqués dans le programme
Les vols internationaux et taxes d'aéroport
Repas de midi et dîner qui ne sont pas mentionnés dans le programme
Les boissons et dépenses personnelle
Les pourboires

 

ORGANIZER CONTACT INFORMATIONS
Agence:
ALMA VISIO TOURS
Code:
HR-AB-01-080765747
Siege social:
Vlaška 66, Zagreb, Croatia
Contact:
Ana Mamić
Mob:
+385 92 199 3957
+385 92 317 7828
E-mail:
info@alma-visio-tours.com
Web:
www.alma-visio-tours.com

Police d'Assurances: ALLIANZ dd, Zagreb
Partners
  • ACCCF
  • Le Voyage Autrement
  • Copines de Voyage
  • Planet Ride
  • Route de Voyages
  • Nirva Travel
  • Prestige Voyages
  • Oceans Evasion
  • SOGO Travel
  • TERROIRS DES HOMES
  • Voyage Explorer